Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 May

Entre le mi et le ni, Comme...

Publié par AneverBeen  - Catégories :  #Books, #Au fil des mots et pensées diverses

Comme un roman _ Daniel PENNAC

Entre le mi et le ni, Comme...

Quatrième de couverture :

 

LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR 

1. Le droit de ne pas lire.

2. Le droit de sauter des pages. 

3. Le droit de ne pas finir un livre. 

4. Le droit de relire. 

5. Le droit de lire n'importe quoi. 

6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).

7. Le droit de lire n'importe où.

8. Le droit de grappiller.

9. Le droit de lire à haute voix. 

10. Le droit de nous taire.

Entre le mi et le ni, Comme...

Avis :

 

Comme un roman porte bien son titre. Il en a la forme plus que le fond. Le roman comprend une quatrième de couverture énumérant les (10) droits accordés à la lecture. Ces mêmes réapparaissent plus détaillés dans le dernier chapitre de ce faux roman qui se rapproche davantage de l'essai en plus d'être tel un hymne à la lecture. Donc, dans ce pseudo-roman, le héros, c'est la discipline qu'est la lecture ! Une discipline que l'on ne veut guère rendre obligatoire mais plutôt ludique et autorisée, non seulement en pratique puisqu'également dans la manière de l'aborder. En plus d'en avancer les droits relatifs, PENNAC présente les vertus qu'apportent la lecture ; des qualités hélas parfois oubliées et insoupçonnées face à la concurrence : Télévision, portable, réseaux sociaux, console... 

 

"Et si ce n'est le procès de la télévision ou de la consommation tous azimuts, ce sera celui de l'invasion électronique ; et si ce n'est la faute des petits jeux hypnotiques [...]"

 

Aussi, il rappelle que si la lecture fait partie d'une discipline propre à la scolarité, elle peut être également un loisir, une envie, un besoin et non seulement dans le souhait de faire écouler des minutes ou d'approfondir ses connaissances théoriques. La lecture, ce n'est pas seulement cela. On ne sacrifie pas du temps, on lui en accorde. Lire n'est pas qu'intellectuel, c'est aussi un loisir, un délectable divertissement à travers les mots et les diverses possibilités que ces mêmes offrent une fois assemblés. Les mots sont tels des mignardises, en fonction des saveurs et des formes comme des registres et genres, il y en a pour tous les goûts.

 

"Que tous ces bâtons, ces boucles, ces ronds et ces petits ponts assemblés fissent des lettres, c'était beau ! Et ces lettres ensemble, des syllabes, et ces syllabes, bout à bout, des mots [...]."

 

PENNAC rappelle les droits et les vertus, mais aussi, il est conscient que même si la lecture est appréciée par certains, elle peut également moins plaire voire déplaire à d'autres et que chacun est en droit de justifier ou non ses avis et affect. 

Un lecteur peut avoir des goûts éclectiques comme être restreint à quelques genres si ce n'est même qu'un seul. 

 

Les petits seront plus sensibles aux illustrations et aux voix qui se prêteront à leur (re)lire des histoires. Et avec des comptines et du jeu, c'est encore mieux ! :)

 

"Relire, ce n'est pas se répéter, c'est donner une preuve toujours nouvelle d'un amour infatigable. Donc, nous relisons."

 

Souvent, les plus jeunes lecteurs préfèrent les BD, albums et mangas plus que romans. 

Certains lecteurs confirmés apprécieront davantage la S-F et la fantasy alors que d'autres seront plus sensibles au registre classique et peut-être même au théâtre. 

L'existence et l'évolution de l'Homme comprennent plusieurs cycles. A travers ces mêmes peut être renouvelée  l'expérience de la lecture. :) La rencontre réitérée peut ne pas réussir mais aussi, elle peut finir par devenir concluante. Le tout est de ne pas rester sur l'idée que la lecture est réservée aux bons élèves et intellectuels ; puis, que si le roman ne convient pas, toute lecture sera vaine. 

 

"Une page poussant l'autre. Les mots du "livre" dansent entre les oreillettes de son walkman. Sans joie. Les mots ont des pieds de plomb. Ils tombent les uns après les autres, comme ces chevaux qu'on achève. Même le solo de batterie n'arrive pas à les ressusciter. Il poursuit sa lecture sans se retourner sur le cadavre des mots. Les mots ont rendu leur sens, paix à leurs lettres."

 

AnB est lectrice, assez rigoureuse dans la pratique, le fut parfois dans la rédaction, aux goûts éclectiques. Toutefois, en fonction du contexte, de la saison, de ses état d'esprit et humeur, le registre peut varier et plus ou moins perdurer. Et quand ce n'est pas cela, c'est l'intrigue en elle-même qui peut décevoir et ce même lorsque l'auteur(e) a su la convaincre et faire partie à une ou maintes reprises de sa bibliothèque. De manière générale, elle apprécie les style, registre et plume de Bernard WERBER mais il lui est arrivée d'être déçue par quelques-unes de ses oeuvres.

Après tout, d'un jour à l'autre, le pain d'une même boulangerie peut être soit moins comme plus cuit.

De même, bien qu'elle lise de la S-F et du théâtre, tous les auteurs de ces registres respectifs ne lui plaisent pas. 

Soit, d'une pâtisserie à l'autre, la qualité du flan n'est pas forcément la même : Pâte trop épaisse / Pâte fine et croustillante, garniture sans saveur / Flan au bon goût de vanille, flan trop cuit ou trop fin / Flan suffisant cuit et épais (donc, onctueux)...

 

"Et plus nous lisions, plus, en effet, nous nous sentions ignorants, seuls sur la grève de notre ignorance, et face à la mer. Seulement, avec lui, nous n'avions plus peur de nous mouiller. Nous plongions dans les livres, sans perdre de temps en barbotages frileux."

 

D'autres facteurs sont à prendre en compte. Quand ce n'est pas d'ordre rationnel ni intellectuel, c'est l'affectif qui peut influencer. PENNAC a beaucoup plus apprécier la lecture sous l'influence de son frère, qui avait une manière bien propre de résumer, plus que sur son pupitre d'école et sous la directive de ses officiels précepteurs. 

 

AneverBeen est étroitement lié à Van Der Meersch car ce fut l'un des auteurs et sujets de conversation communs entre son paternel et Elle. :) Puis, la plume de VDM a su la divertir et souvent toucher. 

-> La fille pauvre

-> La maison dans la dune

-> Pour citer Van Der Meersch...

-> Sur les pas de VDM...

 

 

Donc, par le biais de souvenirs et anecdotes mais aussi références, critiques et point de vue, Comme un roman de PENNAC est davantage un essai romancé plus qu'un roman comme on l'entend. Il n'y a point d'intrigue ni de possibles rebondissements ainsi que des début et fin communes à l'histoire. 

Si certains passages m'ont moins divertie que d'autres, dans l'ensemble, la lecture de ce livre fut intéressante et relativement divertissante. J'ai particulièrement apprécié les points de vue, anecdotes et dernier (IV) chapitre où sont détaillés les fameux (10) droits présentés en guise de résumé, sur la quatrième de couverture. Le chiffre 10 aurait pu être dépassé mais l'auteur a eu souhait de faire allusion aux commandements. C'est réussi et suffisant. Puis, rien ne nous empêche de songer à de nouvelles directives, possibilités. :) 

Pour le divertissement, je ne recommanderai par ce livre mais pour une approche réfléchie et relativement pédagogique sur le sujet qu'est la lecture, c'est à lire. Relire ? Non. Partager ? Oui. :)

Commenter cet article

Quichottine 28/05/2020 09:46

Je l'avais lu comme un roman... mais j'avais vraiment apprécié son côté pédagogique.
C'est l'un des livres qui m'a fait apprécier Pennac.
Passe une douce journée.

AneverBeen 03/06/2020 18:49

Il ne fera pas partie de mes fétiches de PENNAC mais il fut intéressant de le découvrir. J'ai découvert PENNAC avec son roman jeunesse L'oeil du loup puis avec la saga Malaussène. ;)

Archives

À propos

Qu'il soit petit ou GRAND, en mot ou/et en image, en ce lieu, Chez Elle, le Partage est de convenance. A vos aises, toutes et tous êtes les bienvenu(e)s!