Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Jan

Et si (sur)vivre était un art...

Publié par AneverBeen  - Catégories :  #Books

Je ne sais pas mourir ; Véronique Bès

En 2003, Véronique Bès, à la fois reconnue comme médecin, auteure, compositrice et chanteuse, est atteinte, pour la seconde fois, d'un cancer dont le traitement sera, cette fois-ci, des plus lourds. Son mari, renommé par ses soins "mon ange" lui offre un cahier pour qu'elle puisse, par ce même, s'exprimer quand et comme bon lui semble en joie, et plus souvent, en peine lors de son séjour hospitalier.

A cette lutte s'ajoute la perte de cet être apprécié, aimé : son mari décède subitement à la suite d'une crise cardiaque alors que Véronique sort vainqueur contre la maladie. L'écriture l'aura beaucoup aidée au cours de cette période de combat, réussite, douloureuse perte et rencontre. Entre le cancer, Jules, devenu "ange" et Jim, le nouvel amant, Véronique se bat contre la vie, cette lente mort car elle a dans l'espoir de vivre encore et davantage même si son Jules n'est plus physiquement...

 

  "J'ai si mal, encore et toujours.

Mais je tiens à la vie comme une malade, je m'y accroche comme une damnée et j'en espère encore de la beauté, de l'amour pur."  

 "Je suis vivante, semblerait-il.

Je ne sais pas mourir, c'est un art sans doute."

 

Ce roman epistolaire, puisque c'est à travers les pages intimes du journal tenu au cours de l'hospitalisation et les lettres adressées à Jules et à Jim que Véronique Bès nous relate ce passé qui est sien, est touchant. En tant que lectrice, peu ou prou, avérée je ne dirai pas de ce même qu'il m'a grandement diverti ou marqué mais le vécu de Bès lui a su nous toucher car ce qu'elle a vécu n'est pas commun à tous.

Comment avoir encore désir de vivre lorsque l'on se sait gravement malade et qu'en plus de cela, l'un des êtres que nous chérissons le plus part précipitamment et pour un ailleurs qui est inconnu à tous êtres-vivants ?

Bès s'est battue contre le cancer, a su faire face à la disparition de son "ange" de terre devenu celui des cieux en plus de s'autoriser à continuer de connaître, vivre malgré le(s) manque(s).

Par ce roman, ce vécu qui est sien, Véronique Bès fait preuve d'un grand courage et d'une volonté de vivre qui donne à réfléchir, dont à ceux et celles qui se plaignent de la vie pour des choses et d'autres qui se font, au final, infimes...

La Vie pourrait être autre que celle que nous connaissons car il y ait, je n'en doute point, beaucoup plus et mieux à vivre mais puisque nous sommes ici bas, pourquoi ne pas tenter de vivre le minimum de ce que nous pensons à vivre à travers nos songes et rêves ? Il y ait des rêves à rêver mais aussi des songes comme Idées possibles de concrétiser ; alors, pourquoi ne pas tenter ? Qui ne tente pas, ne saura pas !

Tentons car malgré les bas, paraissant comme bien souvent plus nombreux que les hauts, il y ait des choses et d'autres à découvrir ; et nous le savons, ce(ux) qui ne tue(nt) pas, nous fait (font) grandir.

Commenter cet article

Theoma 06/02/2011 14:44



Quel beau titre !



AneverBeen 07/02/2011 20:10



Et le contenu de ce livre nous offre aussi de plaisants passages :)


Un et au plaisir de te retrouver Theoma !


A tantôt !



Chris 29/01/2011 16:18



Bonjour AnB


Je passe te souhaiter un bon week end.


ici c'est sous le vent, la pluie et le froid qu'il commence 


Bisous



AneverBeen 01/02/2011 09:19



Ce weekend fut bien occupé. L'on avait besoin de nos personne et service pour un déménagement.


Ici, les weekend et début de semaine était et se fait frais, gris et donc assez tristounets. Et à cela, ajoutons quelques soucis dermiques ! Plutôt complexant et
donc quelque peu démoralisant ! Mais, nous savons faire preuve de relativisme et alors, je pense pouvoir écrire que cela va de notre côté.


J'espère que le temps mauvais n'influe pas trop sur la bonne humeur habituelle de Dame Coincoin. Nous ne tarderons, de toute manière, pas à venir aux nouvelles
!


A bientôt donc : et, en attendant, une agréable journée en ce premier jour de mois par chez vous et pour tous !



Quichottine 25/01/2011 14:12



Je ne sais pas si je le lirai tout de suite, mais je vais le noter dans ma liste des livres à lire.


 


Merci pour cette présentation.


Passe une belle journée.



AneverBeen 31/01/2011 20:05



Ce livre n'est pas indispensable mais il reste touchant et pourrait bien être considéré comme une découverte appréciable puisque initiatique.


Au plaisir, Grande Quichottine ! =)



Chris 25/01/2011 12:44



Eh oui nous nous plaignons souvent de petits riens alors qu'il y en a qui se battent pour vaincre la maladie, vivre ou survivre...


Voilà attaquée la dernière semaine de janvier, comme le temps passe vite.


Profitons du jour même, nous ne savons pas de quoi sera fait demain.


Belle journée de mardi AnB


Amitiés



AneverBeen 31/01/2011 19:55



Il faille savoir relaviser sur ses sort et personne pour avancer ; et avant cela encore, savoir faire preuve d'attention à l'égard de ces choses et d'autres qui
nous entourent.


Avec ce début de semaine, Janvier s'achève. Approche, et ce dès demain, le mois prochain, celui de la St Valentin.


"Carpe Diem" pensent et disent certains. Nous, Dame Coincoin et AnB, pourrions, me semble-t-il, être comprises parmi ces mêmes ;)



Melly 24/01/2011 20:07



et bien moi qui suis en plein dans la "maladie" du mari (aucun espoir ...longue agonie) et qui me bats contre le fait d'être tirée vers le bas avec lui - 


ce livre tombe à pic - je vais me le procurer et voir comment cette femme malade s'est battue, elle, contre le "destin" !


merci !



AneverBeen 31/01/2011 19:49



J'apprends, ce soir, une bien triste nouvelle. Que Melly soit forte car je sais ce qu'est la douleur d'assister une personne en souffrance. Ce n'est pas évident,
cela ne l'est jamais et l'après le sera également. Et pourtant, il faut faire avec et faudra faire sans...


Porte-toi bien, Melly ; pour vous deux.


 



Archives

À propos

Qu'il soit petit ou GRAND, en mot ou/et en image, en ce lieu, Chez Elle, le Partage est de convenance. A vos aises, toutes et tous êtes les bienvenu(e)s!